Les ponts et la route de la vallée

Les ponts de Mauves et de Thouaré

Que deviendront ces ponts en 2025 ?
fin programmée de leurs bons et loyaux services

 

Les ponts de Mauves sont construits entre 1879 et 1882 en poutres métalliques en treillis. Longs de 570 mètres, ils relient Mauves-sur-Loire à La Chapelle-Basse-Me, à l'endroit d'un passage à gué, connu depuis le Moyen Age.
Ils furent détruits en 1940 par les bombardements et reconstruits à l'identique après. Récemment restaurés, mais pour combien de temps resteront-ils en service ?



 Ponts1         Ponts2   


Les ponts de Thouaré construits en 1882, franchissent les deux bras de la Loire situés de part et d'autre de l'île de la Chénaie. C'est un pont-cage, en poutrelles métalliques comme ceux de Mauves. Ils mettent un terme aux passages en bacs, seul moyen jusqu'alors utilisé pour traverser le fleuve.
 


 Ponts3       Ponts4  


La route dans la vallée

La construction d’une route dans la vallée est évoquée depuis très longtemps, mais les études étaient toujours au point mort lors de la création de l’association. Dès le début nous avions inscrit cet objectif dans nos statuts.
Si les collectivités locales en avaient le souci, il a fallu la pugnacité de l’association pour faire avancer le projet.
Tout le monde se rejetait la balle et surtout accusait la DIREN de bloquer ce projet.
L’association a donc décidé de monter un dossier pour le présenter à cet organisme et ainsi le convaincre de la nécessité de cette route.
L’association réalise une étude sur les vibrations causées, sur la digue, par les poids lourds. Nous complétons cette étude par des perspectives prévisionnelles d’augmentation du trafic et de la population, prévisions qui se trouvent justifiées en 2008.
Cette étude est envoyée en particulier au préfet et à la DIREN pour appuyer notre demande de mise en chantier de construction de la route dans la vallée.

 Ensuite ce sera la municipalité de La Chapelle Basse Mer qui traînera tellement les pieds que, par sagesse le Conseil Général décidera, heureusement, de scinder le projet en deux tronçons.
Pendant toutes ces tractations le slogan de l’association a été « les poids-lourds détruisent ce que le Conseil général renforce ».
A l’enquête d’utilité publique l’association a demandé la réalisation de ronds-points à la place des tourne à gauche prévus sur la D37 ainsi qu’à Boire Courant, ainsi qu’une piste cyclable reliant les bords de Loire au bourg. Fortement appuyé par la municipalité de Saint Julien nous avons obtenu les ronds-points et même un de plus à l’Officière. Par contre si le Conseil Général a bien acquis le terrain nécessaire à la réalisation d’une piste cyclable la même municipalité n’a jamais voulu financer sa finition.

La route a été ouverte en mars 2003. En 2009 les études pour sa prolongation sont faites mais le nouveau Conseil Général n’en fait plus une priorité. On se rend compte maintenant de la lourde responsabilité de la municipalité de La Chapelle Basse Mer dans les retards apportés à la finition de ce projet qui devait être un véritable poumon pour la vallée maraîchère et une sécurité pour la solidité de la Levée.

 

×